Archives par mot-clé : Terrorisme

Les Blocstops : « l’esthétique au service de la sécurité » quand la réponse aux attentats modifie la norme urbaine

L’urbanisme est une discipline qui conjugue science, technique et esthétisme en ce qui concerne l’aménagement urbain. Au delà des plans urbains de grande ampleur ou des mesures juridiques visant à réguler la répartition et l’utilisation des sols, il s’agit de parler du mobilier urbain. Ces objets du quotidien placés dans l’espace public évoluent et s’adaptent à nos modes de vie. Ils sont à la fois utiles et décoratifs. 

Place de la Victoire à Bordeaux pendant la Braderie. 
Source : http://www.blocstop-france.fr/

Protéger grâce au mobilier urbain 

Mais ce mobilier urbain peut aussi rimer avec sécurisation de l’espace public. Des blocs de bétons de couleur apparaissent sur les trottoirs, les quais ou les places. Les espaces piétons ou les lieux de rassemblements occasionnels (marathon, braderies …) sont ainsi rendus inaccessibles d’accès. 

En effet, depuis l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice, ces blocs appelés « blocstop » sont une solution pour protéger cyclistes et piétons d’une attaque à la voiture ou au camion bélier. Une nouvelle forme de terrorisme est née. Des évènements similaires se sont ensuite produits en Europe. Pour rappel, l’Allemagne est touchée le 19 décembre 2016 à Berlin-Charlottenbourg lors d’un marché de Noël de la Breitscheidplatz. C’est  ensuite l’Espagne qui est frappée le 17 août 2017 dans l’artère touristique « les Ramblas » à Barcelone. Les pouvoirs publics doivent trouver une nouvelle manière d’empêcher ce genre d’attaques qui n’avaient pas pu être anticipées par les dispositifs de sécurités anti-terrorisme lors des fêtes nationales ou des célébrations annuelles. Actuellement, rendre imperméable ces espaces piétons aux véhicules, semble être la solution.

Une entreprise bordelaise au service des collectivités et du secteur privé

En France une Très Petite Entreprise (TPE) girondine fondée par Abdel Feghoul  a créé le « Blocstop » pour faire face à ce type de menaces.

Ces blocs de bétons de 900 kilos à 2 tonnes dont le prix d’achat oscille entre 250 et 450 euros l’unité, fleurissent dans les villes. Les municipalités y allouent un budget de plus en plus important. L’entreprise équipe aujourd’hui une trentaine de villes françaises et a mis en place plus de 1800 blocs. En 2017, elle produisait en moyenne 85 plots par semaine en réponse à la forte demande. Travaillant avec des acteurs privés comme publics, elle livre et installe ses blocs. 

Sa réussite peut s’expliquer non seulement par l’utilité de ce nouveau mobilier, mais aussi par son design efficace et sa capacité à s’ancrer dans le paysage urbain de villes comme Bordeaux. L’entreprise met en avant « l’adaptabilité » et la personnalisation de ses produits au gré des demandes et des besoins. Aussi, à l’occasion de la Fnaclive à Paris des palmiers ont été plantés dans les blocs peints en marron afin de se fondre dans le décor. La société précise aussi que l’ajout de publicité est possible pour rentabiliser l’investissement.

Fnaclive Paris hôtel de ville. 2018. Source : http://www.blocstop-france.fr/

Le bloc stop comme solution durable 

Tout d’abord temporaires, ils sont ensuite installés de manière durable par la municipalité bordelaise. Le changement de couleur des blocs sur les quais en témoigne, du jaune au blanc « pierre bordelaise » ou au bleu marine afin de passer inaperçu et de ne plus jurer avec l’esthétique des quais, fortement touristiques. Les blocs sont aussi disponibles à la location pour des évènements ponctuels mais leur installation semble se généraliser et devenir un objet commun de l’esthétique urbaine. Ils deviennent alors la norme et se font oublier. Trois ans après leur installation, on voit comment les habitants se les sont approprier. Au delà des personnalisations et des fonctions que propose l’entreprise pour promouvoir ses blocs, les citadins les ont intégrés dans leur quotidien. On s’assoit, on monte dessus pour se prendre en photographie, on s’y arrête pour regarder le Miroir d’Eau et la place de la Bourse. 

Quais de bordeaux protégés des Blocs stop. 
Source : http://www.blocstop-france.fr/

Aussi, les usages se multiplient au fil du temps. On voit désormais les blocs utilisés à d’autres fins que la protection. A Talence, ville de la métropole bordelaise, ils ont servi à empêcher l’installation de gens du voyage près du campus universitaire, à délimiter des chantiers, ou à installer provisoirement de poteaux électriques lors de travaux sur la voirie. Les blocs auront aussi la possibilité d’être équipés de panneaux solaires et/ou photovoltaïques afin d’être fluorescents et ainsi visibles la nuit grâce à l’énergie emmagasinée pendant la journée. 

 Même s’il rappelle le danger, on comprend comment un objet qui protège réussit à se faire oublier par le design et la personnalisation.

Bibliographie indicative :

L’auteur :

BONAURE Carole est étudiante en deuxième année de master histoire recherche à l’Université Bordeaux-Montaigne (2019-2020). Elle suit le parcours Développement Innovation Environnement. Son sujet de recherche porte sur l’histoire de l’économie culturelle du Pin Galant, du Mérignac Ciné et du Krakatoa à Mérignac à partir de 1982 à 1999, sous la direction de Christophe BOUNEAU et de Maxime de PERSON.