Archives par mot-clé : Urbanisme

Habiller la ville en vert

Pour Michel Serres de l’Académie française, le citoyen urbain n’apprend plus ce qu’est la véritable « nature » ; il ne la voit qu’à travers des artefacts publicitaires, « une nature arcadienne du tourisme et du loisir ». L’urbanisation galopante rime alors avec la virtualisation de l’humain. Remettre du naturel dans la ville, ce n’est pas qu’un bienfait pour l’effet de serre, c’est aussi une solution pour améliorer le bien-être quotidien des citoyens d’une collectivité. Une violence est exercée sur l’homme quand ses dimensions corporelles ne peuvent s’émanciper d’un cadre strictement artificiel, quand il est soumis à la pollution de l’air et au tapage publicitaire dans une ville excluante et ségréguée qui mène à la misère et à la solitude. Ainsi, remettre de la « nature en ville », c’est remettre au cœur de la ville un aménagement de bien-être permettant la transition d’une ville construite pour l’« homo economicus » vers une ville de citoyens type  « homo qualitus ». En outre, ces investissements ne sont pas vains, puisque la réhabilitation de la nature en ville renforce l’attractivité de celle-ci et participe à son marketing urbain. 

La nature en ville : un meilleur confort de vie

L’idée de « nature en ville » n’est pas nouvelle. Déjà en 1898, Ebenezer Howard publie Tomorrow dans lequel il propose de redonner à l’homme l’accès à une nature bienfaitrice par une nouvelle organisation urbaine circulaire. La  Garden City ou cité-jardin est une ville de taille moyenne (36 000 habitants) avec en son centre un grand parc et les bâtiments publics. Les industries et les habitations se concentrent dans des faubourgs intégrant jardins et plantations, et apportant à la fois de l’air plus sain et des paysages urbains plus qualitatifs. Dans l’Aisne, la cité des cheminots de Tergnier représente un exemple de l’insertion de la nature dans les constructions :  la grande place laissée dans la ville assurait le confort de vie des cheminots tout en les excentrant des centres urbains pour calmer les mouvements de grève.

TIZOT Jean-Yves , « Ebenezer Howard’s Garden City Idea and the Ideology of Industrialism », Cahiers victoriens et édouardiens, 87 Printemps | 2018 ; mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 03 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cve/3605 ; DOI : 10.4000/cve.3605 
ALLARD G, La cité jardin de Raoul Dautry ; image numérique n°086, archives numériques de la SNCF (Sardo médiathèque SNCF), consulté le 3 décembre 2019 url http://openarchives.sncf.com/archive/num80allart

De la même manière, la cité du Grand Parc à Bordeaux comme de nombreuses autres cités construites à partir des années 1950 fut conçue comme intégrant de vastes zones de végétation, même si la majorité des espaces entre les tours ou les barres est en réalité constituée des voies de circulation et des parcs de stationnement. D’ailleurs, cette végétation s’apparente plutôt à des terrains d’herbe, au mieux avec des arbres. De fait, certaines cités sont restées dans un environnement fade où les espaces sont parfois jonchés de déchets. Cependant, d’autres ont su mieux évoluer comme la cité d’Aspin à Pau où des espaces inutiles ont été convertis en jardins familiaux, une utilité à la fois sociale et alimentaire.

Les jardins collectifs : cultiver la mixité sociale et l’indépendance alimentaire

La création de jardins collectifs fait partie de la même dynamique d’insertion de parties de nature ou de campagne dans la ville. Ces potagers ont un aspect utilitaire (se nourrir) mais représentent également un lieu favorable à la création du lien social, sans oublier qu’ils sont un lieu d’otium et de bien-être. Les atouts du jardinage urbain sont multiples et entrent dans le cadre de la diversité fonctionnelle en insérant une partie de l’agriculture dans les zones urbaines. Les premiers jardins familiaux ou ouvriers remontent au XIXe siècle, en Allemagne d’abord, notamment dans les nouveaux quartiers ouvriers au plus près des industries. En outre, des citadins ont eu la volonté de palier des services publics défaillants comme à Détroit où le jardinage urbain peut devenir une réussite sociale pour renforcer les liens entre les habitants d’un même quartier, pour la fierté personnelle de l’autonomie ou pour détendre les esprits et se détourner du stress urbain. Cela peut aussi relever d’une préoccupation sanitaire et économique en cultivant soi-même des produits de qualité et abordables même pour des portefeuilles défavorisés (une fois le carré de jardin obtenu). 

                  Au Danemark, les jardins potagers ont fait partie de l’aménagement de réhabilitation du quartier de Vesterbro à Copenhague, prenant place à l’intérieur de l’ensemble des îlots urbains. En France, le Grand Lyon en compte une quarantaine. Ces jardins sont accompagnés de récupérateurs d’eau de pluie et de composteurs afin de limiter la consommation d’eau et de maîtriser ces déchets. Ils peuvent en outre être agrémentés d’abris de refuges et de nichoirs. Les jardins potagers vont à l’encontre du processus de mondialisation, grâce à la production d’une partie de l’alimentation au plus près de chez soi, sans passer par un échange économique classique. Dans une logique de relative autosuffisance alimentaire, les parterres de fleur du Yorshire sont progressivement remplacés par des légumes. Les jardins permettent également d’instruire la jeunesse sur l’origine de l’alimentation et de les éveiller à cette problématique dans un pays où le surpoids touche les deux tiers des enfants. Les jardins partagés sont ainsi des lieux d’apprentissage des bonnes pratiques dans une optique d’éco-sensibilisation.    

                  A Bordeaux, c’est au début du XXe siècle que s’implantent les premiers jardins partagés. Leur nombre culmine à 33 en 1943, puis décline rapidement après la guerre sous la pression foncière des nouvelles constructions résidentielles et industrielles. Les seuls jardins restants sont souvent déplacés. Il n’en reste que 5 en 1965. Pourtant, les jardins collectifs reprennent de l’ampleur dans une trajectoire de croissance depuis les années 1980 avec la mise en avant de leur rôle dans « le vivre ensemble ». Citons l’exemple en 1987 de la création de la cité du grand Parc, du jardin collectif des mères isolées. Suivent ensuite les quartiers des Aubiers (1993), ou de Baccalan (2001). Un des derniers grands jardins partagés créés par les habitants à Bordeaux est le Jardin des foudres. D’une surface de 700 m2, il possède une vocation potagère avec des parcelles individuelles et collectives à la disposition d’écoles et d’associations. Ce jardin, qui était à l’origine une friche industrielle, est aujourd’hui un lieu vecteur de liens sociaux. En outre, une multitude d’activités y sont organisées : auberges espagnoles, expositions, siestes musicales, concerts, apéritifs, activités intergénérationnelles.  

D’ANDREA Nicolas, TOZZI Pascal ; Jardins collectifs et écoquartiers bordelais : De l’espace cultivé à un habiter durable ? –Presses universitaire de Renne, 2014 ; Revue Norois  consulté le 3 décembre 2019 url https://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/5087/img-1.jpg

Vers une trajectoire de verdissement de la ville dans le paradigme de la durabilité

A New York, une trame verte s’est développée sur l’ancienne ligne de métro aérien en fonctionnement de 1930 à 1980. Des plantes et des arbustes avaient déjà repris le pas sur les rails et le gravier des voies ; mais tout cela a été bonifié par la plantation de 210 espèces de plantes provenant de prairies locales. 

                  La réinsertion de la nature en ville se fait en outre par des politiques volontaristes, comme à Barcelone. Dans le quartier de Poblenou, les investisseurs privés doivent céder à la municipalité 30% de leur terre afin qu’elles soient dédiées au verdissement de la ville. Grâce à ce partenariat de faible coût pour la mairie, ce sont 114 000 m2 qui ont été consacrés à la création de zones vertes rassemblant 16 000 espèces différentes soit 10% des terrains disponibles. La présence de l’eau dans la ville peut venir compléter l’effet de bien-être par le naturel. Par exemple, au Pays-Bas, dans le quartier d’Eva Lanxmeer à Culemborg, l’implantation de roseaux a permis la purification des eaux usées avant d’être déversées par les plans d’eau du quartier.

                  Les toitures et les murs des bâtiments offrent en outre une grande superficie qu’il est possible de verdir avec des effets positifs tant sur le plan énergétique avec une isolation de qualité, que sur le plan de la préservation de la biodiversité, sans oublier l’aménité esthétique que ce végétalisme offre. A Londres, l’initiative « Living Roof for Wildlife » vise à assurer la survie des papillons, des bourdons, des insectes plus globalement et des oiseaux, autant d’espèces affectées par la double dynamique de l’étalement urbain et de l’agriculture intensive forte consommatrice en pesticide. A Milan l’architecte Stefano Boeri a réalisé les deux tours du Bosque vertical, terminé en 2014. Citons aussi l’architecte botaniste Patrick Blanc, spécialiste des murs végétalisés, qui a réalisé en 2006 le mur végétal du Quai Branly. 

DIAGNE Ndiaga –Des tours “vertes” pour purifier l’air en Chine-Siècle digital 2017 image numérique, consulté le 3 décembre 2019 https://siecledigital.fr/2017/02/17/tours-vertes-purifier-lair-chine/

La végétalisation des bâtiments ou la création d’oasis de fraîcheur dans la ville permet de jouer favorablement sur la température de la ville l’été quand la climatisation accentue au contraire la chaleur. La Charte de l’arbre à Lyon, lancée dès 2011, a notamment pour objectif d’atténuer ce micro-climat urbain car l’écart de température est parfois spectaculaire quand un immeuble dispose d’une toiture de couleur foncée. Des politiques volontaristes portent aussi cette végétalisation des toits et des façades comme à Berlin qui finance à hauteur de 60% le verdissement des toits de ses immeubles. Ces toitures végétales réduisent considérablement les effets d’îlot de chaleur car la végétation crée un rafraîchissement naturel par l’évapotranspiration.

                  En conclusion le verdissement de la ville porte une pluralité d’avantages avec une aménité esthétique, un soulagement de l’effet des îlots de chaleur, des lieux de reproduction pour les espèces ou un vecteur de lien social. Il convient que les environnements urbains qualitatifs ne soient pas qu’à la portée des quartiers gentrifiés mais doivent se faire dans une optique égalitaire et ne pas s’ajouter comme un facteur d’exclusion supplémentaire. De fait, l’interface entre la nature et le construit artificiel doit s’atténuer. La structure naturelle du territoire peut mener à des stratégies d’intégration du bâti dans son espace naturel. Il s’agit dans la ville post-moderne de passer d’une interface d’opposition ou de ségrégation, à espace mixte alliant le construit et le naturel. 

Bibliographie indicative :

  • BLANC Patrick, Le Mur Végétal, de la nature à la ville, Neuilly sur Seine, Michel Lafont, 2011                                                                                                             CHARLOT Antoine, La nature au cœur de la ville, Paris, Victoires éditions, 2014 (en ligne :https://www.cairn.info/revue-vraiment-durable-2014-1-page-191.htm)          
  •  MATHIS Charles- François, PEPY Emilie-Anne, La ville végétale: une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIè-XXIè siècle), Cézérieu, Champ Vallon, 2017
  • PAQUOT Thierry, Repenser l’urbanisme, Gollion, Infolio, 2017.

L’auteur :

FRANCOUT Alexis est étudiant en deuxième année de master d’Histoire contemporaine à l’université Bordeaux-Montaigne (2019-2020)sous la direction de M. Christophe Bouneau. Le sujet de son mémoire Prolonger l’histoire de l’humanité par l’application territoriale d’un paradigme nouveau : la décroissance porte sur l’étude d’une trajectoire alternative de développement dans ses aspects théoriques et concrets dans une perspective d’approche par le territoire.

Le renouvellement des places publiques de Bayonne : une démarche politique urbaine piétonne se plaçant entre développement durable et sauvegarde culturelle

C’est en 2011 que la ville de Bayonne prit la résolution de s’engager dans une démarche de développement durable, à la fois urbain et environnemental, s’illustrant sous la forme d’un « Agenda » à suivre, l’Agenda 21. Réactualisant ses enjeux en 2016, la municipalité bayonnaise décida de lancer une grande politique de réaménagement urbain sur tout son territoire qu’il s’agisse de bâtiments, d’axes de communication, ou encore de places publiques.

Le choix de s’intéresser plus précisément au sujet de ces-dites places n’est pas anodin. Du hameau à la métropole, il a toujours existé au sein de ces territoires urbains des espaces emblématiques, accessibles au public, occupant des rôles importants, voire vitaux, et permettant un bon fonctionnement entre les habitants. En outre, lors d’un projet d’urbanistique, le terme « Agora » est utilisé afin de qualifier les espaces piétonniers, terme faisant volontairement écho à l’Agora de la Grèce Antique, soulignant l’impact de ces endroits dans la vie quotidienne des riverains. Ce sont ainsi principalement des lieux d’échanges, de spectacles et de rassemblements. 

Par conséquent, la ville de Bayonne dut faire face à un défi d’aménagement concernant la majorité de ses places publiques, cherchant à les modeler à l’image d’un nouveau style de vie, plus moderne, actuel et pratique, sans pour autant oublier le rôle important et patrimoine culturel qu’elles représentent.

La place Jacques Portes : une histoire bayonnaise racontée par les monuments et aménagements

-Photo haut : Place Jacques Porte, mai 2014, source : Google Map.
-Photo bas : Place Jacques Porte actuelle, novembre 2019, source : photo prise personnellement.

Place emblématique bayonnaise, la place Jacques Portes constitue aussi l’une des artères centrales de la ville. Commençant aux Monument aux Morts et allant jusqu’au centre historique de Bayonne, tout en offrant un chemin vers la célèbre Cathédrale Sainte-Marie, elle occupe une place économique importante par la présence de plusieurs magasins commerciaux, dont les célèbres Galeries Lafayette.

Rénovée en fin 2018, la place a désormais un caractère plus épuré, réservé désormais aux piétons. Les places de parking ont disparu, offrant un espace bien plus ajusté aux rassemblements de populations et de spectacles, surtout dans le cadre des Fêtes de Bayonne, tout en donnant une vue sur des bâtiments emblématiques du centre bayonnais, comme les Galeries Lafayette et le Château-Vieux, patrimoine local datant du Moyen-Âge et rénové par Vauban au XVIIe siècle. En outre, la municipalité voulut renforcer cet héritage historique par l’installation de pancartes et de plaques relatant l’histoire de la ville, rédigées en plusieurs langues, dont le basque.

La place de la Liberté/ de la Mairie : principal lieu d’échange entre les Bayonnais et leur maire

Photo gauche : Place de la Liberté, 2016, source : http://danielle-justes.com/portfolio/place-de-la-liberte/
-Photo droite : Place de la Liberté actuelle, novembre 2019, source : photo prise personnellement.

La place de la Liberté occupe une position phare. Positionnée devant la Mairie, du côté du balcon, elle représente symboliquement la relation entre les habitants et la municipalité qui l’écoute et dialogue lors de déclarations officielles. L’exemple le plus parlant est très certainement la cérémonie d’ouverture des Fêtes de Bayonne, c’est-à-dire le moment où le maire déclare à la foule l’ouverture officielle des réjouissances, tout en lui jetant les clefs de la ville.

Jadis composée d’une fontaine et de mosaïques représentant les armoiries de Bayonne, la place fut réaménagée, en 2019, dans une optique de renouvellement des voies de transports urbains. La place est donc devenue plus sobre, sans ornements. Suite aux travaux, les mosaïques ont disparu de la place, cette dernière assumant totalement son remodelage dans un souci mêlant urbanisation et transports en commun.

Le Carreau des Halles : un marché historique

-Photo haut : Les Halles de Bayonne actuelles, novembre 2019, source : photo prise personnellement.
-Photo bas-gauche : Photographie des Halles de Bayonne, carte postale ancienne, années 1900, source :http://www.paysbasque1900.com/2014/02/les-halles-de-bayonne_11.html
-Photo bas-droite : Les Halles de Bayonne, août 2017, source : Google Map.

Autre grande place commerciale bayonnaise, le Carreau des Halles est un passage incontournable, abritant le marché traditionnel de la ville. Élevées durant les années 1860, les Halles étaient composées de deux grands bâtiments, rassemblés au fil du temps, laissant un espace ouvert au public ainsi que des commodités. C’est principalement ici qu’ont lieu les rencontres entre Bayonnais, qui s’y rendent pour y acheter leurs victuailles et pour discuter de la vie quotidienne locale.

Tout comme la place Jacques Portes, le Carreau eut droit à un réaménagement complet à la fin de l’année 2018, donnant un espace plus épuré et adapté aux rassemblements publics. Ainsi, le grand parking au centre de la ville fut transformé en lieu plus propice à un afflux important de personnes, comme lors du marché hebdomadaire ou des spectacles, en particulier lors des fêtes de Bayonne.

La place Patxa : le résultat d’un travail collectif entre riverains et la municipalité bayonnaise

-Photo haut : Place Patxa, février 2018, source : https://www.sudouest.fr/2018/02/12/la-place-patxa-de-bayonne-4193572-4018.php
-Photo bas : Place Patxa, novembre 2019, source : photo prise personnellement.

L’exemple de la place Patxa se trouve être un sujet bien atypique dans la vie des riverains bayonnais. Localisée au sein de la zone résidentielle du centre-ville de Bayonne, dans la partie dite du « Petit Bayonne », elle occupe d’abord la fonction de parking. Elle a néanmoins la particularité d’avoir un passé historique important compte tenu des fresques s’y trouvant. Ces dernières rendent hommage aux militants basques du groupe « Iparretarrak », un mouvement indépendantiste. En outre, ces dessins devinrent même l’emblème du quartier, les habitants s’y attachant énormément et ne songeant pas à les voir disparaître lors d’une éventuelle rénovation de la place. D’ailleurs, plusieurs associations de riverains travaillèrent en collaboration avec la municipalité à partir de la fin 2017 afin de préserver cette identité symbolique. Leur démarche aboutit puisque la place Patxa fut rénovée et inaugurée en mai 2019, devenant ainsi une place entièrement piétonne et ayant préservé les fresques.

En somme, la municipalité de Bayonne semble tenir ses engagements d’aménagements urbains, en tentant de conserver et de mettre en avant le plus possible le patrimoine historique de la ville, tout en remodelant les places, devenues piétonnes. 

Si la place Jacques Portes et le Carreau des Halles se posent plus comme des lieux historiques, s’inscrivant à travers les âges, et façonnant l’image de Bayonne, les places de la Liberté et Patxa apparaissent plus comme le résultat d’une volonté de dialogue et coopération entre riverains et la municipalité bayonnaise.

Toutefois, même si tous les héritages historiques bayonnais ne peuvent être maintenus, il est nécessaire de reconnaître que cette politique d’aménagement a un coût, celui de sacrifier l’accès au centre-ville aux véhicules, ce qui peut avoir un impact le commerce bayonnais.

Bibliographie indicative :

  • BOUDOUX-ROUSSEAU Laurence, CARBONNIER Youri, BRAGARD PHILIPPE, La place publique urbaine du Moyen-Âge à nos jours, Arras, Artois Presse Université, 2007
  • HAURIT Benjamin, Le centre historique de Bayonne et le nouveau centre de Saint-Jean de Braye: Deux figures urbaines, deux dynamiques de centralités, mémoire de Master professionnel 2ème année, sous la direction de Jean-Marie Billa, Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne, 2013

L’auteur :

STARTCHENKO Cyrille est étudiant à Bordeaux-Montaigne, poursuivant ses études de Master 2 d’Histoire contemporaine (2019-2020), et étant en spécialité DIE (Développement-Innovation-Environnement). Ses travaux concernant son mémoire, portent sur le sujet suivant « Étude comparative : L’image de l’Union Soviétique, à travers son aspect touristique, diffusée en Italie et en France, de 1945 à 1989 », sous la direction du Professeur Christophe Bouneau.

Soigner l’imaginaire des grands ensembles par l’histoire

À l’heure où les réflexions et les doutes sur les modèles urbains actuels s’accumulent, il semble pertinent de s’intéresser aux représentations de la ville, c’est-à-dire à notre manière de comprendre, d’analyser et de modeler le phénomène urbain. La question des grands ensembles a longtemps cristallisé un foisonnement de représentations médiatiques, ces images ayant pu participer à la dépréciation du regard que l’on porte, encore aujourd’hui, sur ces derniers. Il s’agit donc de nuancer ces stéréotypes en retraçant les grandes lignes d’un objet d’étude marginal, mais pourtant emblématique de l’histoire urbaine française.

Écrire et filmer les grands ensembles

Photographie de Jean-Luc Godard et Marina Vlady, lors du tournage du film Deux ou trois choses que je sais d’elle (1967). Source :
 https://twitter.com/lecinema_/status/930504491706867713

Depuis 1960, les grands ensembles ont fait l’objet de plusieurs représentations médiatiques qui, d’une manière générale, ont participé à leur rejet. En 1967, dans un film intitulé Deux ou trois choses que je sais d’elle, Jean-Luc Godard dresse le portrait d’une mère de famille habitant un grand ensemble de la région parisienne et s’adonnant à la prostitution occasionnelle. Cinq ans plus tard, le film Elle court, elle court la banlieue, réalisé par Girard Pires, dépeint le quotidien morose d’un couple de banlieusards de la région parisienne. Le film à succès décrit le grand ensemble comme un territoire singulièrement domestique et féminin : lorsque les hommes apparaissent à l’image, c’est pour quitter le grand ensemble. Aussi ce dernier est-il montré comme un territoire « hors la ville », exerçant une rupture avec celle-ci : on le rejoint en train, en hélicoptère ou en voiture, mais jamais à pied. Enfin, dès 1985, les références cinématographiques mettent l’accent sur leur dégradation : l’humidité, les graffitis et les ordures jonchant le sol sont montrés à l’écran et lèvent le voile sur l’idée d’une possible démolition.

 Ces références cinématographiques ne sont pas isolées. À la même époque, dans la presse écrite, les grands ensembles sont visités par certains journalistes qui n’hésitent pas à assortir à ces logements des maux pathogènes. Dans un ouvrage intitulé Regards et témoignages sur Sarcelles, Claude Mezrahi s’attache à décrire les symptômes de la « sarcellite », une maladie qui toucherait en premier lieu les habitantes des grands ensembles rongées par l’ennui.

Quelle histoire du grand ensemble ?

La construction d’un savoir historique sur les grands ensembles permet de nuancer la représentation dominante de grands ensembles synonymes d’une banlieue pauvre et délabrée. Aussi l’édification des grands ensembles s’inscrit-elle, du moins dans un premier temps, dans un projet de société novateur. Après la Seconde Guerre mondiale, cinq millions de sinistrés campent dans des ruines, des baraquements provisoires et des logements réquisitionnés. Dans ce contexte, Eugène Claudius-Petit, ministre de la Reconstruction dès 1947, envisage la mise en place d’un service public de l’habitat. Des logements provisoires s’apparentant à de nouveaux quartiers, essentiellement composés de barres et de tours (les plus hautes affichent vingt étages, soit soixante mètres de haut) sont édifiés à la périphérie des villes. Initialement envisagés pour une trentaine d’années, ces constructions éphémères doivent permettre de résorber la crise du logement. Dans le même temps, les grands ensembles contribuent à la disparition des taudis d’avant-guerre, situés aux abords immédiats des grandes villes.

Les croyances dans les capacités de régénération urbaine des grands ensembles sont réelles et transparaissent dans les articles de presse de l’époque. Le 9 avril 1956, le journal Le Figaro imagine l’avenir de la cité du Briez (Lorraine) en ces termes : « Ce sera une ville radieuse, une ville verte, sans banlieue et de conception tout à fait opposée à ce que l’on appelle la ville tentaculaire, celle qui pousse sans ordre au hasard de lotissements plus ou moins défectueux, transformant les routes en rues interminables, monotones, dangereuses pour les enfants et fort coûteuses malgré les apparences ».

« Construire vite et pas cher » fut donc le leitmotiv conduisant à l’édification massive des grands ensembles entre 1955 et 1975. Dans le même temps, les constructions s’insèrent dans une recherche novatrice et urbanistique de la « qualité de vie ». Des normes strictes imposent l’installation d’un vide ordures et d’un chauffage central dans tous les appartements ; d’autres réglementent les superficies minimales et instaurent des durées d’ensoleillement minimum, fixées à « 2 heures par jour, et au moins 100 jours par an » pour chaque façade d’appartement. En 1975, 75% des logements disposent ainsi d’une installation sanitaire ordinaire complète, W.-C. intérieurs compris.

Les premières enquêtes sociologiques témoignent par ailleurs de l’enthousiasme initial des premiers habitants. Le sociologue Henri Coing parle de « griserie » pour qualifier cette courte, mais intense période de découverte d’un monde nouveau, où les privations de l’après-guerre ne semblent plus qu’un mauvais souvenir. Et, contre toute attente, les premières désillusions sont relatives aux nombreuses interdictions rythmant la vie quotidienne des habitants. Il leur est par exemple interdit d’aller sur la pelouse, ou encore de rester un peu trop longtemps dans les parties communes. Le rôle du gardien, résidant dans la loge de l’immeuble et connaissant chaque famille, est primordial dans l’apprentissage de cette nouvelle vie collective.

Force est de constater que l’histoire des grands ensembles s’inscrit dans un temps court. Ainsi les premiers doutes apparaissent-ils très tôt, c’est-à-dire au moment même où les principaux programmes sont en train d’être réalisés. Dans la région parisienne, le manque d’activité sociale et culturelle lié à ce type d’urbanisme est décrié par les sociologues ; les durées de transport entre le domicile et le lieu de travail, ne cessant de s’allonger, sont également dénoncées. Il n’est pas rare que les habitants combinent plusieurs modes de transport, pour des temps de trajet s’élevant souvent à deux, trois heures de transport par jour. Dans un article, l’historienne Annie Fourcaut revient sur la réalisation tardive des équipements collectifs qui auraient dû accompagner de telles édifications. Cette absence s’explique avant tout par les singularités historiques du financement du logement social : dans le circuit HLM, depuis la loi Siegried de 1894, n’était financée que l’habitation. Bref, la plupart des sociétés HLM sont en réalité incapables d’implanter des écoles, des commerces et des relais de transport à proximité des grands ensembles, cette absence contribuant à un sentiment de relégation spatiale croissant chez ses habitants.

Photographie des grands ensembles de la Grande Borne, à Grigny, réalisés par Emile Aillaud. Source :
http://gottogotoheaven.over-blog.com/2014/11/archi-l-echec-d-emile-aillaud-ou-quand-la-rondeur-ne-paye-pas.html

En dépit du lieu commun qui semble aujourd’hui apposé au grand ensemble, la forme architecturale dominante est donc rapidement repensée. L’architecte Emile Aillaud expérimente par exemple un « urbanisme paysager » afin de casser la monotonie des toursProposant un compromis entre la maison individuelle et l’habitat collectif, l’architecte réalise la cité de l’Abreuvoir à Bobigny. Celle-ci consiste en plusieurs tours variées, formées de petites unités de deux ou trois étages et disposées en étoile. Construite entre 1967 et 1971, la ville de la Grande Borne est pensée comme une succession de tableaux, l’inscription du portrait de Rimbaud devant faire foi. À Palaiseau, banlieue du Sud de Paris, l’architecte-urbaniste Jean-Maur Lyonnet pense et conçoit des ensembles à taille humaine, redonnant la faveur à la couleur et à l’ornement.

Conclusion : de la politique du logement à celle de la ville ?

Le 21 mars 1973, la circulaire Guichard porte un coup d’arrêt définitif à la réalisation des grands ensembles et marque le début de la mise en œuvre de la politique de la ville. Lors de la campagne électorale de 1974, la réhabilitation des grands ensembles est envisagée en profondeur. Le candidat Valéry Giscard d’Estaing entend ainsi promouvoir une forme de développement urbain qui aille, selon son expression, « à l’opposé du processus des grands ensembles » . Le ton est donné : l’heure est désormais à la promotion des villes moyennes ainsi qu’à l’habitat pavillonnaire.

De manière un peu paradoxale, c’est en faisant la part belle à l’idée d’une éventuelle démolition que les grands ensembles deviennent un sujet à part entière. Chacun commence à les étudier, à les condamner, et parfois, à leur rendre hommage. L’idée d’une politique de la ville était née.

Bibliographie indicative :

  • CANTEUX Camille, Filmer les grands ensembles. Villes rêvées, villes introuvables : une histoire des représentations individuelles des grands ensembles, milieu des années 1930 – début des années 1980, Paris, Créaphis Éditions, 2014
  • FOURCAUT Annie, « Les grands ensembles, symboles de la crise urbaine ? », in DUANMU Mei et TERTRAIS Hugues (dir), Temps croisés, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2010.
  • TELLIER Thibault, Le temps des HLM. 1945-1975, Paris, Autrement, 2010.

L’auteur :

HOSTEIN Anne : Actuellement en deuxième année de master recherche parcours « Développement Innovation et Environnement » à l’université Bordeaux Montaigne (2019-2020), elle réalise un mémoire sous la direction de M. Nicolas Champ. Son sujet porte sur le retour au foyer et la réinsertion des anciens combattants dans la société girondine. Il s’agit d’évaluer l’empreinte de la Première Guerre mondiale dans la sphère intime et publique, là où le conflit continue longtemps d’agir sur les comportements, les représentations et les mentalités de ceux qui l’ont vécu. 

Fascisme et urbanisme à Gênes

Les villes, « oubliées » du fascisme

L’Italie sort meurtrie de la Première Guerre mondiale, à l’instar des autres puissances belligérantes. Le climat de souffrance économique et sociale favorise l’émergence du mouvement fasciste, mené par un journaliste, Benito Mussolini. Celui-ci lance en 1922 la célèbre « marche sur Rome » qui lui permet de s’emparer du pouvoir par la force et d’installer progressivement un régime dictatorial. Sa politique intérieure et extérieure est parfois décrite comme une politique impériale. En effet, nostalgique de l’Empire romain, il souhaite en redessiner les frontières et redonner aux Italiens leur dignité, après les désillusions des traités de paix au cours desquels l’Italie avait vu lui échapper les terres irrédentes si convoitées. Sur le plan intérieur, Mussolini lance une politique de grands travaux sur l’ensemble du territoire qu’il justifie par des paroles « révisionnistes ».

L’élément paradoxal de cette politique intervient sur les questions urbaines. En effet, Mussolini est fondamentalement opposé au développement urbain qui contredit sa vision dichotomique de l’Italie, qui serait partagée entre Rome d’une part et les campagnes italiennes d’autre part. Ainsi, la propagande fasciste ignore la ville, alors qu’il n’est pas rare d’observer des photographies du Duce, une bêche à la main ou aux commandes d’un tracteur lors d’inaugurations de plaines asséchées. Cette image populiste prône le retour à la terre, dans l’idée que le monde rural serait plus moral. En réalité, cette volonté de donner de l’Italie une image rurale et frugale cache un mouvement d’urbanisation important encore visible aujourd’hui et dont les racines remontent au 19esiècle.

En effet, depuis l’achèvement du processus d’unification politique et territoriale de l’Italie, que l’on nomme « Risorgimento » (1848-1870) et qui s’achève par la prise de Rome le 20 septembre 1870, les villes italiennes ont connu une croissance importante qui s’explique tant par l’urbanisation que par le phénomène d’exode rural. Par ailleurs, le gouvernement lance une politique économique en faveur du développement maritime italien qui favorise l’aménagement des sites portuaires. C’est le cas de Gênes dont les vastes travaux d’agrandissement réalisés grâce aux fonds d’investissements de l’État doivent permettre de moderniser le port. L’objectif consiste à affirmer la ville comme point central du dispositif maritime de la Péninsule, d’autant que Gênes fait partie de ce que l’on appelle le « triangle d’or » de l’Italie, c’est-à-dire des villes les plus industrialisées du pays, avec Milan et Turin. 

Bâtir des villes à l’image du fascisme

Pour Mussolini, il faut faire table rase du passé et créer une ville à l’image du fascisme. Il lui faut pour cela réguler les flux de populations (familles, travailleurs). À ce titre, une loi est promulguée en 1939 pour que les individus ayant un travail régulier et déclaré puissent acheter une résidence dans les centres urbains de plus de 25 000 habitants. Mais pour pouvoir travailler dans une ville qui dépasse les 25 000 habitants, il faut prouver qu’on y possède un logement.

Devenir citadin devient dès lors presque impossible. De plus, cette loi complète celle du 24 décembre 1928 qui offrait la possibilité aux préfets de signer des décrets qui concernant l’exode vers les villes. L’objectif consiste bien à limiter les flux humains vers la ville, d’autant que la propagande fasciste la présente comme un lieu de déviance et de danger. Il s’agit pour le Duce de légitimer sa dictature et de créer une forme de « bonification sociale » par la gestion des flux migratoires. La répartition de la population devient dès lors un enjeu politique. Mais en réalité, la conséquence paradoxale de cet « anti-urbanisme » fasciste est qu’elle entraîne plutôt une exaltation de la ville. En effet, la cité reste la pièce maîtresse des édiles qui désirent préserver l’image de la ville comme lieu de pouvoir alors que Mussolini invoque quant à lui la résurrection de « l’urbs » c’est-à-dire le retour à la grande ville antique où le simple citoyen se démarque du peuple. Il souhaite le retour de la grande Rome rayonnante.

Or, cette valorisation de Rome entraîne dans son sillon celui d’autres villes italiennes telles que Gênes. Celles-ci connaissent également une politique de grands travaux entraînant la disparition de bâtiments anciens. C’est le cas en particulier de ceux rappelant un héritage peu glorieux de l’histoire italienne, à l’instar des bâtisses médiévales. Ainsi, les centres historiques de grandes villes comme Gênes, Palerme, Ferrare, Trieste, ou Naples sont modifiés, tandis que la monumentalité s’impose sur les espaces insalubres et provoque une réorganisation politique et sociale. Comme Mussolini souhaite donner une image très glorieuse de l’Italie, on rase des quartiers dans de nombreuses villes, pour y construire de nouveaux bâtiments. L’exemple le plus célèbre se trouve à Rome que le Duce souhaite équiper d’un complexe sportif (le Foro Italico). Ce complexe intervient dans le cadre d’une candidature aux Jeux Olympiques d’été de 1940. Le style gigantesque doit rappeler l’ancien Empire romain. Le chemin vers le complexe passe devant un obélisque de 36 mètres de haut et de 300 tonnes (le Monolithe Mussolini), construit avec du marbre de Carrare. C’est le plus grand monolithe taillé du 20esiècle. De plus, le stade, qui peut  accueillir 100 000 personnes, est entouré de 60 statues monumentales, tandis que des inscriptions célèbrent Mussolini. On peut lire par exemple : « DVCE,  LA NOSTRA GIOVINEZZA A VOI DEDICHIAMO » (Duce, nous vous donnons notre jeunesse). Enfin, sur le pont qui marque l’entrée du chemin vers le complexe, le Ponte Duca d’Aosta(200 m de long sur 30 m de large) se trouvent des bas-reliefs qui représentent des scènes de la Première Guerre mondiale.

En parallèle, Gênes connaît une importante croissance démographique qui oblige le régime fasciste à construire des logements. Or, les plans de construction ne s’insèrent pas toujours dans les lignes urbanistiques légales si bien que de nos jours, les legs de cette période entraînent encore des problèmes de gestion des agrégats urbains rendant difficile leur réhabilitation. En réalité, on cherche à construire rapidement sans regarder les normes sur la construction et la salubrité. Ainsi, en dépit des mesures fascistes contre le développement urbain, la ville de Gênes s’agrandit, notamment en direction du site portuaire, qui est agrandi et doté d’arsenaux pour mener à bien la politique navale de Mussolini. L’importance du port est confirmée par les voiesde communication comme la voie ferrée et l’avenue monumentale dirigées vers le terminal du port. Ce bâtiment, par son architecture massive et sa rangée de colonnades, se rapproche de la vision fasciste. 

La ville de Gênes : le terminal du port 

Ainsi, l’évolution de l’urbanisme sous la dictature fasciste touche l’ensemble des grandes cités italiennes. La ville doit devenir un outil de propagande. La vision fasciste sur l’espace urbain se concentre autour de trois zones spécifiques qui sont la zone de commandement, la zone de résidence et la zone de production. La monumentalité s’impose sur les espaces insalubres et provoque une réorganisation politique et sociale. Cette architecture est conçue comme une mise en scène où l’objectif est de dé-densifier et de favoriser une distribution spatiale en faveur des édifices de la « grandeur mussolinienne ». L’architecture est ainsi la vitrine de la nouvelle Italie impériale.

Bibliographie indicative :

  • BERSTEIN Serge, MILZA Pierre, « Le Fascisme italien ( 1919-1945)», Histoire, Paris, 1980.
  • BERSTIEN Serge, MILZA Pierre, « L’Italie Contemporaine : Du Risorgimento à la chute du fascisme », Armand Colin, Paris, 1995.
  • VALLAT, Colette, « Villes neuves de l’Italie fasciste : usage et limites d’un outil de propagande », Histoire urbaine, 2001/2 (n° 4), p. 161-182.

L’auteur : 

GINESTIE Mathieu est étudiant en histoire contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne. Mon mémoire de master s’intitule : « Les trajectoires d’innovation de la marine italienne (1870-1940) sous la direction du Professeur Christophe Bouneau.